Wonder ; RJ Palacio.

test


Auteur : RJ Palacio
Editions : Pocket Jeunesse (Best Seller)
Nombre de pages : 504 pages
Prix : 7,90€ euros
Date de sortie : 22 mai 2014
Genre : Contemporain
Ma note : ★★★★★ (13/20)

test3 résumé

« Je m’appelle August.
Je ne me décrirai pas.
Quoi que vous imaginiez, c’est sans doute pire.

Né avec une malformation faciale, Auggie n’est jamais allé à l’école.
A présent, pour la première fois, il va être envoyé dans un vrai collège…
Pourra-t-il convaincre les élèves qu’il est comme eux, malgré tout ?

Ne jugez pas un livre garçon à sa couverture son apparence »

test2 avis

Encore un livre qui a fait un bruit de dingue sur la blogosphère, et pour lequel je n’ai pas tout de suite cédé. Quand bien même il passait sous mes yeux et entre mes mains à chaque fois que je faisais un tour à la librairie, je l’y laissais et je cédais pour un autre. Il me narguait, mais d’autres me tentaient plus que lui. Cependant, quand je l’ai vu dans les rayons du CDI de mon lycée, plus question de se chercher des excuses : c’était le prendre, ou honte sur moi. La documentaliste m’a lancé un « il est génial » et j’ai décidé de lui faire confiance, comme bien souvent.

Pourtant, cette fois-ci, ce ne fut pas le coup de cœur auquel je m’attendais. Je le lisais souvent quand j’avais un moment libre, mais je ne l’ai pas dévoré comme je l’espérais. Il faut dire, on m’avait tellement rabâché qu’il était génial, qu’il était touchant au possible et qu’il faisait pleurer comme peu d’autres… Que j’en attendais peut-être trop, au fond. C’est l’une des raisons pour lesquelles je n’aime pas lire un livre qui fait beaucoup de vagues au moment où l’on ne parle que de lui : je laisse passer du temps pour que ladite vague retombe, et alors je me lance. Cette fois, pas une mauvaise pioche, mais pas non plus franchement ce à quoi je m’attendais.

Ce petit roman est écrit sous plusieurs points de vue, ce qui m’a plu tout en me laissant un goût d’inachevé sur le palais, de temps à autres. Le premier personnage que l’on suit, c’est August, Auggie, le personnage principal. Ce jeune garçon qui entre pour la première fois à l’école, en classe de sixième. Il est nerveux, hésitant, peu sûr de lui ; c’est qu’il connaît ces regards qui le jugent depuis toujours parce qu’il n’a pas le même visage que tous les autres. Il y a aussi Olivia, dite Via, sa grande sœur qui, elle, entre au lycée. Elle a ses problèmes d’adolescente, des soucis avec ses amies, elle s’efface parce qu’elle sait que son frère a plus besoin d’attention qu’elle-même.

Il y a aussi Jack et Summer, qui côtoient August, ainsi que Miranda et Justin, qui fréquentent Olivia. Tous ensemble, j’ai trouvé qu’ils formaient une jolie ribambelle de personnages dont on aime à découvrir le caractère et leur point de vue sur Auggie et ce poids qu’il porte en tâchant de faire le fier malgré tout. Le style de l’auteur, je l’ai trouvé différent d’un personnage à un autre, j’ai bien apprécié ce petit détail qui fait toute la différence : aucun n’a le même caractère, le même âge, les mêmes aspirations, alors le fait qu’ils ne s’expriment pas de la même façon rajoute un peu de « réalisme » au récit.

Toujours à propos du style en fonction du narrateur, j’ai trouvé que celui d’Auggie, entre les premières pages et les dernières –en sachant que l’histoire s’étale sur une année scolaire-, s’était améliorée. Ca ne paraît pas grand chose, mais je trouve l’attention portée à ce côté-là est louable. Cependant, je me serais passée de toute la partie racontée par Justin ou, du moins, je l’aurais écrite différemment -les majuscules sont inexistantes, et je crois que d’autres choses m’ont frappée, mais le souvenir s’est un peu dissipé depuis. Aussi, je trouve qu’il n’apporte pas forcément grand chose au récit… A la place, j’aurais préféré une partie rédigée du point de vue des parents dont, finalement, on ignore tout.

J’ai tout de même ri, souvent, j’ai aussi eu la gorge qui se serre de temps à autres. Ce roman ne m’a pas fait l’effet que j’espérais, et pourtant tout ce qui se rapporte au harcèlement scolaire me touche, le plus souvent. Mais, pour le coup, ça n’était pas suffisant, trop de choses peu exploitées, bien tentées mais jamais portées jusqu’au bout à mes yeux, des choses qui manquent ou qui sont de trop. Wonder ne m’aura pas laissé un souvenir impérissable… Pour dire, je ne me souvenais plus de la fin qui, maintenant qu’elle se rappelle à moi, me paraît toujours bien trop « hollywoodienne« . Vraiment, cette clôture a tout d’une pure fin stéréotypée de film américain.

Mais, soit ! Il reste un livre que je recommande de lire, ne serait-ce que pour que chacun se fasse son propre avis sur la chose !

Les +
– plusieurs points de vue bien menés
– un sujet rarement abordée dans les romans
– des personnages au demeurant attachants

Les –
– pas de point de vue des parents, pourtant grandement concernés
– un point de vue dont on se serait passé d’un point de vue de grammaire
– une fin trop « hollywoodienne »

test4 extrait

« Je ne suis pas un garçon de dix ans ordinaire, c’est certain.
Oh, bien sûr, je fais des choses ordinaires. Je mange des glaces. Je fais du vélo. Je joue au ballon. J’ai une Xbox. Tout ça fait de moi un enfant comme les autres. Sans doute. Et puis je me sens normal. Au-dedans.
N’empêche, lorsqu’un enfant ordinaire entre dans un square, les autres enfants ordinaires ne s’enfuient pas en hurlant. 
»

livraddict

Publicités

10 réflexions sur “Wonder ; RJ Palacio.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s