Chamanes, T1 : Héritage ; Rachel Dubois

Fiche d’identité ;

Auteur ; Rachel Dubois
Editeur ; Autoédition
Parution ; 2016
Nombre de pages ; 310 pages
Genre ; urban fantasy
Prix ; 10,55€ sur Amazon
Synopsis ;
Bienvenue dans la vie de Sandra Neve, une ado la plupart du temps effacée, un peu boulotte et boutonneuse. Sandra a quinze ans et huit mois… Oui, le « et huit mois » est important pour elle! Les vacances d’été s’achèvent enfin, non qu’elle s’impatiente tellement de retourner en classe, mais ça signifie qu’elle n’a plus que quatre mois à patienter avant sa majorité. Sandra vit parmi les humains et ceux-ci ne la considèreront pas comme une adulte à cette date, mais ça lui importe peu, car elle n’est pas plus humaine que boulotte et boutonneuse. En plus de manipuler certaines formes de magies ancestrales, elle partage son corps avec l’esprit de son Once dont elle peut prendre la forme à volonté. Il ne fait pas bon d’être une mineure isolée dans son monde. Sandra n’a plus que quatre mois à se dissimuler, mais quatre mois ça peut être long quand trois Léopards adolescents, le Prince des Lions de Catalunya et un ennemi énigmatique prennent sa vie et ses Terres comme terrain de jeux. La jeune Panthère des neiges va devoir dire adieu à sa seule amie la Solitude, créer des liens et des alliances, découvrir l’amour, affronter des ennemis puissants, mais surtout survivre à son héritage! Parfois les apparences sont trompeuses et les secrets de famille pesants… Bienvenue dans la vie de Sandra Neve une Chamane presque comme les autres humaines…

Mon avis ;

Lorsque je suis tombée sur ce bouquin sur SimPlement, c’est clairement la couverture qui a accroché mon regard en premier lieu. Et ensuite le synopsis, qui promettait une intrigue originale, de l’urban fantasy qui change des éternels vampires et autres loups-garous. Des métamorphes félins ? Moi, clairement, je dis oui. J’ai donc sauté sur l’occasion, j’ai postulé ; je tiens par ailleurs à remercier l’autrice, Rachel Dubois, d’avoir accepté ma candidature, et de m’avoir envoyé le premier tome de sa saga.

Lorsque j’ai reçu ledit premier tome, je n’ai pas attendu très longtemps avant de m’y plonger, et j’écris ma chronique quasiment à chaud (chose que je ne fais que rarement, soit dit en passant — et c’est sans doute pour ça que je suis si en retard sur mes chroniques…). Je ressors de ma lecture conquise, quand bien même j’ai à noter quelques bémols qui nuancent mon avis.

Ce récit nous emmène à la rencontre de Sandra, une adolescente boulotte qui enfile des sweater amples du plus mauvais goûts et de grosses lunettes qui lui mangent le visage. Effacée, discrète et victimisée par un certain Gregory et sa clique, elle n’a rien pour plaire… A moins que ?
A moins qu’elle ne soit pas ce qu’elle prétend être. A moins qu’elle soit une puissante Chamane, à la beauté aussi irréelle qu’immortelle, et que de cacher sa véritable apparence, se fondre dans la masse ne soit qu’une façon de protéger sa Terre, son territoire, celui qu’elle pourra revendiquer le jour de ses seize ans. Une façon de se protéger elle-même, de tous ceux qui convoitent son pouvoir et voudraient la faire tomber.

Aux premiers abords, l’idée était sympathique : j’aimais bien l’idée qu’on puisse se retrouver avec une héroïne pas si jolie et un peu banale, même pour de faux. Cependant, j’ai quelquefois, souvent même, été agacée par le traitement qu’on lui réservait : quelques kilos en trop, des cheveux en bataille, de grosses lunettes, la voilà qualifiée de laideron et d’une flopée d’autres choses. Je sais que c’est la réalité des cours d’école, encore au collège ou au lycée : il suffit d’un rien pour être jugés de tous les bords. Du coup, je pense que c’est moins un agacement envers le récit lui-même que le fait que, malheureusement, ce soit un peu trop véridique au quotidien…
Je crois que si, sur cette question d’apparence, je devais relever quelque chose qui m’a profondément dérangée, sans trop en révéler, c’est quand la véritable apparence de Sandra vient à être révélée à ses camarades de classe, et qu’ils n’ont aucune réaction notable. Elle passe de laideron à bombe atomique, et ? Et ? Et alors rien. C’est un peu léger, comme traitement, j’ai trouvé, et les raccourcis étaient assez réducteurs : dommage !

Mis à part ça, j’ai plutôt bien aimé le personnage de Sandra : une nana forte, indépendante, une dominante qui veille sur son territoire et sur les siens, jalousement. Un autre détail qui m’a un peu dérangée, c’est la façon dont elle se vante de savoir se débrouiller seule, puis s’entiche d’un homme dont elle ne peut plus se passer — certes, il y a une notion d’inéluctable, un Appel qui, pour ceux qui saisiront la référence, m’a fait penser à l’Imprégnation des loups-garous dans Twilight, sauf qu’ici on parlerait volontiers d’une Imprégnation réciproque, et alors le centre de gravité ne tourne plus qu’autour d’une seule personne. Un Appel, un amour fou, oui : j’aurais aimé quand même que l’on en parle un peu moins, surtout dans des situations de danger qui ne s’y prêtaient pas du tout — ce qui faisait passer nos compères pour deux ados pré-pubères aux hormones très agitées.

Du reste, j’ai beaucoup aimé les autres personnages, Fabio en tête de liste : peut-être parce qu’il a le côté mystérieux de celui qui en sait bien plus qu’il ne veut bien l’admettre, et que dans ma tête il a ce physique un peu bad boy tombeur qui me fait toujours flancher, ahhh. J’ai eu plus de mal avec Greg pendant toute une bonne partie du bouquin mais, peu à peu, la mayonnaise a pris, si je peux dire : il a trouvé grâce à mes yeux, et je lui ai pardonné ses quelques torts du début. De même que Danaë, dont j’ai trouvé les réactions un peu étranges parfois et pas toujours raccord avec l’image que je me faisais d’elle, tout en me prenant quand même un peu d’affection pour elle dans ses dernières apparitions.

J’ai aussi beaucoup aimé l’univers dans lequel ces personnages évoluaient, l’intrigue qui s’articulait autour d’eux. Certains bords ne sont peut-être pas si révolutionnaires — la défense d’un « royaume » qu’un autre voudrait conquérir et des secrets de famille, selon les genres qu’on lit, on connaît bien ! — mais ça n’a, de loin, pas enlevé au charme de la découverte. Les métamorphes promis sont bien là et omniprésents, j’ai adoré ! J’ai trouvé que l’autrice gérait très bien les indices et les révélations comme les retournements de situation, et je suis plusieurs fois restée muette de stupeur, voire profondément déroutée ! Les cinquante dernières pages étaient les pires, et je ne m’en suis toujours pas remise…

Il y a bien quelque chose dont je dois parler, quand bien même je ne m’attarderai pas dessus puisque correction est prévue : bon nombre de fautes, de grammaire et de syntaxe majoritairement, qui desservent pas mal l’oeuvre et qui peuvent rebuter les grammar nazi les plus férus de belle langue. Il faut sans doute faire un petit effort pour passer au dessus et se plonger dans l’histoire plutôt que de s’arrêter sur les erreurs commises, mais l’effort en vaut la peine.
De même, pour ceux qui aiment les grandes envolées lyriques, le style peu déplaire par sa simplicité. J’admet être une amoureuse folle des citations poétiques et des phrases alambiquées, je n’en reconnais pas moins que dans les romans qui tiennent plus de l’action que du tranche de vie introspectif, j’apprécie les plumes faciles qui se rendent droit au but, qui assènent les mots les uns après les autres. Simple, certes, mais rythmé ! D’autant plus que ce tome nous offre plusieurs points de vue, tous à la troisième personne — quatre ou cinq, si je me souviens bien des détails.
J’ai d’ailleurs un peu regretté que le narrateur ne soit pas précisé, parce que quelquefois j’avais du mal à saisir que l’on avait changé de point de vue, et à me recentrer.

En bref, si ce n’est pas un coup de coeur, ce premier tome reste une très bonne surprise, haut en couleurs, dont j’aurai un peu de mal à me remettre de la fin et qui m’inquiète quelque peu pour la suite… Que j’ai hâte de lire, et ça ne devrait pas tarder !

Top & flops ;
c’est top ; une intrigue plutôt bien ficelée, un concept de métamorphes qui change du banal loup-garou, une mythologie plutôt sympathique et des personnages globalement accrocheurs, mais ça flop ; beaucoup de détails un peu illogiques que j’ai trouvés dommages, surtout autour de Sandra et de son apparence, un côté amour et hormones agitées un peu trop présent dans le roman…
★★★½ ; à découvrir !
Logo Livraddict

 

Publicités

2 réflexions sur “Chamanes, T1 : Héritage ; Rachel Dubois

  1. /lizelandre court acheter ce roman !

    Merci pour cette belle découverte, malgré les petits flops, j’ai bien envie de découvrir ce roman. surtout pour le côté urban fantasy et métamorphoses animalières, c’est assez original et c’est vrai que ça change des vampires (même si j’adore ça hein !)

    Bonnes lectures !

    Aimé par 1 personne

    • Ahahah oui couuuurs ! 8D

      J’ai beaucoup beaucoup aimé le côté métamorphes super bien exploité, c’est vraiment ultra dominant dans le bouquin et super bien tourné pour le coup, j’adore ! 😀

      Bonnes lectures à toi, et tiens-moi au courant quand tu l’auras lu ! 😀

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s