A List of Cages ; Robin Roe

Fiche d’identité ;

Auteur ; Robin Roe
Editeur ; Disney-Hyperion
Parution ; janvier 2017
Nombre de pages ; 310 pages
Genre ; contemporain, drame
Prix ; *11,76€ en format hardback & 8,68€ en format paperback sur Buy This Book from Book Depository, Free Delivery World Wide
Synopsis ;

« When Adam Blake lands the best elective ever in his senior year, serving as an aide to the school psychologist, he thinks he’s got it made. Sure, it means a lot of sitting around, which isn’t easy for a guy with ADHD, but he can’t complain, since he gets to spend the period texting all his friends. Then the doctor asks him to track down the troubled freshman who keeps dodging her, and Adam discovers that the boy is Julian—the foster brother he hasn’t seen in five years.

Adam is ecstatic to be reunited. At first, Julian seems like the boy he once knew. He’s still kindhearted. He still writes stories and loves picture books meant for little kids. But as they spend more time together, Adam realizes that Julian is keeping secrets, like where he hides during the middle of the day, and what’s really going on inside his house. Adam is determined to help him, but his involvement could cost both boys their lives… »

Trigger warning : violence extrême sur mineur, détaillée et fréquente. Forme d’anxiété sociale.

Mon avis ;

Par où commencer ? Ce roman, c’est le tout premier d’une autrice en devenir, qui vise haut dès ses premiers pas dans le monde cruel de l’autoédition : et quelle entrée fracassante ! Sur la blogosphère anglophone, où il s’est répandu comme une traînée de poudre, je n’en ai vu que des très bons avis — coups de cœur pour la plupart. Je me suis lancée à l’aveugle ou presque : je n’avais jamais lu le synopsis, mais je savais déjà ce qu’il fallait savoir — ou presque — via les avis des Booktubeurs à l’instant où j’ai commandé ce roman. Il m’aura fallu du temps pour me décider à le sortir de ma pile à lire puis, une fois entre mes mains, autant dire qu’il n’aura pas fait long feu…

On retrouve certains codes habituels du young adult de nos jours : des jeunes adolescents en plein âge d’émois amoureux et autres quêtes de soi, fond de romances et de soirées lycéennes sans prétention… Mais là où ça détonne, c’est dans la relation des deux personnages principaux ; l’évolution d’une relation de frères et d’amis, touchante et vraie, qui ne dérive jamais sur la romance. Et c’est si rare, une amitié entre deux cis-hommes, dans le young adult, qu’il est impossible de ne pas se régaler en lisant celle-ci ! Et puis, c’était sympathique aussi d’avoir la présence d’une famille — une mère d’un côté, un oncle de l’autre, une famille un peu barge et débordante de marmots en tous sens ailleurs — plutôt qu’elles soient complètement inexistantes, comme c’est souvent le cas.

Côté plume, on se retrouve avec un récit comme je les aime : deux narrateurs qui s’alternent au fil des chapitres pour raconter des lignes de vie qui ne cessent de se croiser. Le style reste simple et léger, pas de grande envolée lyrique, mais juste ce qu’il faut pour que les pages tournent seules et sans que l’on ne puisse les voir passer. Pour une première lecture en anglais, je recommande les yeux fermés.

It’s strange how many ways there are to miss someone. You miss the things they did and who they were, but you also miss who you were to them. The way everything you said and did was beautiful or entertaining or important. How much you mattered.

Concernant les personnages… Ça commence à coincer. J’ai beaucoup aimé les deux personnages principaux. Julian a ce quelque chose qui donne irrémédiablement envie de le prendre dans nos bras pour le bercer en lui soufflant que tout ira bien. Certaines de ses réactions nous déroutent, ses réflexions nous laissent sceptiques, il a quinze ans et pourtant dans sa candeur il en paraît sept de moins — mais tout s’explique, et c’en est plus terrible encore. J’ai beaucoup aimé voir un personnage dyslexique mais féru de lecture, en roman ! Adam, lui, il a comme des vibes à la Dante : bien dans sa peau et débordant d’énergie, rayon de soleil on ne peut plus optimiste. Il est atteint de TDAH et, quand bien même je manque de connaissances à ce sujet, je crois pouvoir dire que ça n’a pas été un plan foireux de la part de l’autrice.

Enfin, Russell. Détestable entre tous — tout au long du roman, j’étais révoltée, remplie de fiel à chacune de ses apparitions, à chaque fois que son prénom était énoncé, à chaque fois que sa présence était suggérée. Il était là, en toile de fond, ombre obscure qui planait au dessus de chaque page — et moi, je n’étais qu’envies de meurtre. Pari gagné pour l’autrice : je n’ai jamais connu personnage si détestable qui devait l’être par intention de son créateur. J’aurais cependant aimé que l’on ait plus d’informations à son sujet, sur son passé, sur le pourquoi du comment — pas de justification, parce que rien ne justifie, mais des explications. Beaucoup trop de flou entoure ce personnage, qui aurait pourtant gagné à être approfondi.

Ensuite, ça se complique. Les personnages secondaires m’ont un peu ennuyée. Mis à part la mère d’Adam et son meilleur ami, Charlie, je ne me suis attachée à aucun d’entre eux. Les adultes étaient tous désagréables et impuissants. Certes, dans la réalité, ils sont souvent bien désemparés ; mais dans le récit leurs réactions étaient trop fausses et trop surjouées ou trop plates, je ne sais pas. Je n’ai pas non plus accroché à la romance entre un des personnages principaux et l’un des secondaires, qui n’apportait pas grand chose non plus à mes yeux. Dommage.

I used to think struggle was what aged you, but if that were the case, Julian should have been a hundred years old. Now I wonder if the opposite is true. Maybe instead of accelerating your age, pain won’t let you grow.

Malgré tout, je crois que c’aurait pu être un coup de cœur : sauf que la fin est venue tout bouleverser. Je l’ai trouvée précipitée, trop prévisible, trop grosse et pas suffisamment logique. Comme l’impression que pour dénouer son fil narratif, Robin Roe a eu besoin d’en faire trop, dans la violence et dans l’abus qu’on peut infliger à un mineur. Je pense qu’il n’y avait pas besoin de ça pour faire trembler le lecteur et changer la donne du plot. Autre chose, qui concerne encore la fin : j’ignore à peu près tout des lois aux US, mais il me semble que même mineur, on ne peut pas se sortir de n’importe quelle situation si grave que celle racontée sans contrecoups, et pour cette situation-là, je ne crois pas qu’on puisse simplement fermer les yeux, qu’importent les circonstances. Et puis, aussi, j’ai l’impression que trop de grosses questions sont laissées sans réponse, plusieurs vides narratifs, des trous dans le background des personnages, il n’y a pas de résolution entre plusieurs d’entres eux, partout des points troubles qui pourtant n’auraient parfois eu besoin que d’une ligne ou deux supplémentaires pour résoudre cette faiblesse.

C’était une lecture géniale, jusqu’au dernier tiers de l’histoire, qui est venu ternir mon avis, à mon grand regret. J’espérais une lecture coup de coeur, et elle s’est finie en demi-teinte. Dommage.

Top & flops ;
c’est top ; un page-turner comme on les aime, une histoire de frères et d’amitié touchante, une évolution crédible des personnages principaux, mais ça flop ; la fin en queue de poisson, trop grosse, trop peu crédible et trop précipitée, toutes les questions importantes du roman laissées sans réponse…
★★★.5 ; bon moment passé.
Retrouvez d’autres avis sur Goodreads.

 

* Pour chaque commande passée sur Book Depository via le lien affilié sur mon blog, une commission d’environ 5% m’est reversée. Vous ne payez pas plus cher vos livres !

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s